Le jardin Zen, japonisé

Qu’est-ce que le jardin japonais ou Jardin Japonisé ?

On parle de Jardin Japonais, lorsque celui-ci est entièrement conçu dans les règles et les significatives de chaque éléments qui le composent, tout ayant une place bien précise.

On parle de Jardin Japonisé, lorsque celui-ci est décoré d’éléments caractéristiques des jardin Japonais, sans pour autant prêter attention aux règles de placements à suivre comme expliquer ci-dessus.


Le jardin japonais cherche à reproduire la nature et à la sublimer. On va donc tendre à imiter les éléments de celle-ci : mers, rivières, lacs, forêts et montagnes.
Dans les croyances traditionnelles du Japon, le chaos naturel cache en fait une harmonie fondamentale. A l’inverse, les lignes droites, les angles et les nombres pairs sont propices aux mauvais esprits. C’est pourquoi contrairement aux jardins à la française, la beauté du jardin japonais est d’abord dans la dissymétrie.
Dans cette conception imbriquée du chaos et de l’harmonie, les maîtres-mots du jardin japonais sont simples : la sobriété, le calme, la souplesse et l’équilibre. L’espace est alors façonné avec finesse pour appeler la présence et la détente de ses contemplateurs. Dans cette approche, le style nippon traditionnel va prioriser trois éléments : la miniaturisation de la nature, la capture du paysage environnant et les symboles spirituels.
Dans le jardin japonais, la composition des roches, des arbres et des points d’eau se veut donc fidèle à la nature et à son caractère sacré. Au Japon, les symboles renvoient aux croyances bouddhistes et taoïstes. Mais chacun peut bien sûr y voir ce qu’il veut.
Au niveau technique, la conception du jardin japonais se base sur deux objectifs fondamentaux : la dissymétrie et la dissimulation. Explications.
La dissymétrie

Les éléments de composition du jardin japonais : rochers, végétaux, eau, sable, gravier, ornements…
Le jardin japonais se veut sobre et savamment organisé, malgré sa dissymétrie apparente. Pour le concevoir, on évitera ainsi les lignes droites et les démarcations trop évidentes. Et on privilégiera l’orientation des regards et des balades par la diversité des éléments qui le composent : rochers, végétaux, eau, sable, gravier, ornements….

Les rochers jouent un rôle central dans la tradition japonaise. , ils incarnent les esprits divins.
Leurs amas vont généralement faire office de transition entre différentes zones. Des rochers pourront par exemple distinguer une partie végétale et un bassin. Ou elles signaleront la séparation entre la terrasse de la maison et un sentier aménagé. Etc.

L’eau symbolise à la fois la douceur, la force et l’harmonie de la nature. Symbole de vie, elle est aussi purifiante et régénérante.
Les plans d’eau peuvent aussi abriter des carpes koï, rouges et oranges, symboles forts de la culture japonaise. Pour des projets moins imposants, vous pouvez enfin intégrer une fontaine à bascule. Souvent en bambou, son eau pourra par exemple venir inonder le sol avant d’être recyclée.

Les végétaux constituent le troisième élément fondamental du jardin japonais. Et ils suivent la même logique que les autres : l’organisation des plans et l’équilibre de la composition. Les végétaux ont cependant une particularité : ils évoluent continuellement !
Evidemment, la coupe et la taille sont essentielles pour donner aux plantes les formes recherchées.


Les chemins, le sable et les graviers sont courants dans les jardins japonais. Les sentiers sont généralement en terre battue et recouverts de graviers ou de pierres plates. Ils permettent évidemment de se balader dans le jardin mais ils participent aussi à son équilibre esthétique. Les « pas japonais », bien connus, devaient traditionnellement permettre de rejoindre le pavillon du thé sans salir les kimonos des invités !
Les petits sentiers étroits, nommés shiki-ishi, sont une autre tradition japonaise. Ils font appel à l’imagination des observateurs et donnent aux balades un côté mystérieux.

Les accessoires et ornements peuvent compléter l’ensemble. Bien choisies, les lanternes, statues et petites fontaines donneront sa touche finale à votre jardin japonais. Il s’agit cependant d’être parcimonieux et de placer ces objets avec finesse.
Le shishi odoshi est quant à lui une fontaine en bambou avec un système de balancier. Elle se remplit d’eau, puis bascule régulièrement et se vide en claquant une pierre dans un bruit sec. L a régularité de ce son est propice à la méditation.

qUE POUVEZ-ADMIRER DANS NOTRE Jardin JAPONISE ?

Le Torii

Un torii ou tori-i est un portail traditionnel japonais. Il est communément érigé à l’entrée d’un sanctuaire, afin de séparer l’enceinte sacrée de l’environnement profane. Il est aussi considéré comme un symbole du shintoïsme.

Le torii japonais, symbole sexuel féminin. Un spécialiste des jardins japonais, explique que le torii est plus qu’une simple porte. Le torii représente la moitié inférieure du corps d’une femme, debout sur ses deux jambes, et dont la partie supérieure représente ses organes sexuels… Ainsi, lorsque vous franchissez le torii, vous entrez dans un sanctuaire, un endroit pur et sacré, là où se conçoit la vie. Une fois purifié, lorsque vous en ressortez, c’est comme une naissance et le début d’une nouvelle vie. Une renaissance en quelque sorte.

La pagode de Jardin Asiatique

La pagode Japonaise fait partie intégrante de l’architecture nippone. Au delà de l’usage religieux, depuis l’antiquité, les pagodes sont louées pour les vues spectaculaires qu’elles offrent de par leur placement sur les lieux et sites spécifiques.
Réelle inspiration pour de nombreux poèmes célèbres de l’histoire Japonaise.
Les pagodes servent de lieux de vues, mais aussi de cultes religieux ou de cultes cérémonials, tels que la cérémonie du thé, ou de remise de mérite quelconque, ou même d’entrevue spirituelle.

La fontaine Shishi Odoshi Bambou avec son plan d’eau

Fontaine traditionnelle japonaise, le Shishi-odoshi en bambou est constitué d’un système de balancier simple et efficace. La partie pivotante est un réceptacle pour l’eau qui, une fois rempli, bascule pour se vider. Ceci a pour effet d’animer votre espace bassin dans la plus pure des traditions zen.

Nos Carpes Koï

La culture des carpes koï à Yamakoshi et au Japon de manière générale remonte à plus de 400 ans, mais elles n’ont pas toujours été des créatures aux couleurs vives et esthétiques comme nous les connaissons aujourd’hui. À l’origine, les carpes étaient élevées pour la nourriture et on ne les trouvait généralement que de couleur noire ou brune. À la fin du XIXe siècle, les fermiers de Yamakoshi ont remarqué l’émergence de la carpe rouge et orange parmi les carpes cultivées, ce qui les a incités à commencer à les élever à des fins esthétiques. On appelle ces carpes ornementales les Nishiki-koi ou Nishikigoi en japonais (traduisant littéralement à “poissons colorés”).

Les plans de Bambou Phyllostachys bissetii vert

Les bambous sont des plantesmonocotylédones appartenant à la famille des Poaceae (graminées), sous-famille des Bambusoideae. Souvent de grandes longueurs, ils sont répartis dans la classification botanique en deux tribus : les Bambuseae, originaires des régions tropicales et subtropicales, et les Arundinarieae, originaires des régions tempérées. Ils sont caractérisés notamment par leurs tiges formées d’un chaume, généralement creux, lignifié, à la croissance très rapide.

L’érable rouge du Japon Acer palmatum

L’érable rouge du Japon (Acer japonicum) est un arbre caducifolié, d’Asie de l’Est. Il peut atteindre 12 à 15 m de haut à l’état sauvage. Il appartient à la section Palmata de la classification des érables. Vulgairement on regroupe sous la dénomination d’érable du Japon l’ensemble des érables provenant de ces régions, c’est-à-dire principalement les espèces Acer japonicumAcer palmatum et Acer shirasawanum. Son nom vernaculaire, érable japonais, provient de l’origine géographique de sa classification par le naturaliste suédois, Carl Peter Thunberg lors d’un voyage au Japon à la fin du XVIIIe siècle. Il fut introduit en Europe en 1864. En général, les plantes à écorce rouge, les espèces à feuilles colorées en rouge ou celles à feuilles triangulaires ou coniques représentent feu.

Phyllostachys rufa vert du Japon

Phyllostachys viridiglaucescens est une espèce de plantes monocotylédones de la famille des Poaceae, sous-famille des Bambusoideae, originaire du Japon. Ce sont des bambous géants à maturité, traçant 4 à 7 m/an, dont les tiges (chaumes) peuvent atteindre 8 à 13 m de haut et 5 à 10 cm de diamètre. C’est un bambou très rustique qui peut résister aisément à des gels allant jusqu’à −20 °C (voire plus suivant le terrain et la situation). Son feuillage est moyen à dense et semi-persistant.

Houx du Japon, Ilex crenata

Ilex crenata est un arbuste vigoureux qui aime les hivers froids et rigoureux, ainsi que les étés doux et pas trop secs. Il se plait en pleine terre dans un sol riche en matière organique, légèrement acide à neutre. Les sols trop argileux et lourds sont allégés par un apport de compost et un peu de sable horticole. Ilex crenata supporte bien le gel sauf s’il est cultivé en pot. Les houx japonais cultivés en pot nécessitent une protection hivernale contre le gel.

Le houx japonais est implanté au jardin, au mois de mars, en dehors d’une période de gel, comme pour les conifères. Il a ainsi toute la période estivale pour s’enraciner, avec des arrosages copieux et réguliers la première année, en cas de sécheresse : il affronte ainsi l’hiver suivant en toute quiétude.

Camélia Japonica Bonomiana rose

Le CamelliaBonomiana‘ est une variété de camélia du Japon datant du 19ème siècle aux fleurs éblouissantes et bicolores. De taille moyenne, bien doubles et parfaitement formées, ces plantes rappellent certaines roses panachées et striées d’une couleur rose carmin brillant sur fond blanc à rose pâle.

Chèvrefeuille Cupule Maigrün

Le chèvrefeuille cupuleMaigrun‘ (Lonicera Nitida) a des fleurs blanches discrètes et parfumées et des baies noires. Vous pouvez planter cet arbre tout au long de l’année, hors périodes de gel. Le thuya occidental doit être taillé deux fois en été. Placez la plante dans un endroit bien ensoleillé.

Roseau de Chine Miscanthus Adagio rose-blanc

Le roseau de Chine ‘Adagio’  appartient à la famille des poacées. C’est une forme horticole issue de Miscanthus sinensis, originaire d’Asie extrême orientale et d’Océanie. Cette  graminée vivace à courts rhizomes se développe en touffes non traçantes, elle est cespiteuse. Le port à la fois compact et érigé atteint 70 cm à 1 m de hauteur en fleur, pour un étalement de 50 à 70 cm. Les feuilles sont fines, très longues, souples, au coloris vert très argenté. De longues tiges florales émergent du feuillage de août-septembre à novembre, sous la forme d’épis digités et soyeux de 20  cm de long, rose pâle au débourrement. En fanant, ils prennent une jolie teinte blanc crème. Les plumets sont constitués de minuscules fleurs roses qui se referment un peu après, pour s’ouvrir de nouveau à maturité. Ils prennent alors une apparence plus pâle et plus duveteuse. 

Herbe de la Pampa blanc

Herbe de la pampa blanche | Cortaderia selloana Monstruosa | Graminée L’herbe de la Pampa Blanche (Cortaderia selloana) est une graminée ornementale solide qui offre une floraison de couleur blanche sous forme de plumeaux pouvant atteindre 3 mètres de hauteur.

Originaire d’Amérique du Sud, la Pampa Blanche fait partie de la famille des Poacées (anciennement connue comme les Graminées), qui regroupe d’autres plantes telles que le blé, l’ogre ou encore le bambou. Une famille qui contient près de 12 000 espèces, dont la plupart sont des herbes et des céréales connues depuis le Crétacé – il y a donc près de 150 millions d’années !

Hortensia Paniculata

Arbuste à port compact ou érigé originaire d’Asie, principalement de Chine et du Japon, l’Hydrangea paniculata est un proche cousin de l’Hydrangea macrophilla, l’hortensia classique. Portant tantôt des panicules en cônes, arrondies ou en boules, l’hortensia paniculé peut s’épanouir dans une terre neutre à condition de lui apporter le soleil nécessaire. Très florifère, sa floraison enchantera votre jardin jusqu’en automne.

Hedera Helix

Le lierre (Hedera) est une liane formant de nombreuses tiges lignifiées adoptant un port grimpant, arbustif, voire rampant. Les crampons qui lui permettent de s’agripper à son support sont en fait des racines transformées. Les feuilles diffèrent sur une même plante, selon l’âge, l’exposition et le fait que la tige soit porteuse de rameaux florifère ou non. Il existe 11 espèces de lierres et de nombreuses variétés, arbustives, grimpantes, ou rampantes de tailles variées, certaines pouvant atteindre 10 mètres de hauteur alors que d’autres resteront naines.

Troène ovalifolium

Le Ligustrum ovalifolium ou troène de Californie est un arbuste de culture facile et de croissance vigoureuse, parfait pour constituer une haie libre ou taillée. Son port est dressé, et il s’habille d’un feuillage dense, semi-persistant, composé de petites feuilles ovales vertes.

Statue Carpe Koi

­ L’histoire de la carpe koï

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la carpe koï n’est pas originaire du Japon. La plus ancienne forme du nishikigoi, appelé magoi, était noire et vivait dans les Mers Noire, Caspienne, d’Aral et d’Azov.

Au Japon, symbole d’amour et de virilité, la carpe Koï existe dans de nombreux coloris. Certaines espèces peuvent vivre une cinquantaine d’années, c’est pourquoi ces carpes représentent la force et la persévérance.

Statue lanterne Japonaise

Les lanternes japonaises (Ishi Doro) furent introduites au Japon à l’époque de Nara. Elles provenaient de Chine où elles étaient largement utilisées. Leur but initial était d’éclairer les temples et les sanctuaires lors des cérémonies religieuses nocturnes. Mais à côté de cet aspect strictement utilitaire, on les disposait également aux endroits importants, afin de symboliser la présence divine dans l’enceinte du temple.

Statue Dragon Japonais

Le dragon japonais, également appelé ryū ou tatsu, est une créature serpentine qui ne possède pas d’ailes, contrairement au dragon occidental. Symbole de force et de pouvoir, il est respecté et honoré au Japon. Saviez-vous que le Dragon a la particularité de posséder une perle sacrée, cachée dans sa gorge, qui lui confère tous ses pouvoirs ?

Cet animal mythique est doté d’un long corps serpentin recouvert d’écailles et dépourvu d’ailes. Son apparence ressemble à un croisement de plusieurs animaux avec un corps de reptile, des pattes de tigre, des serres d’aigle, une tête de chameau poilue, des oreilles de bœuf et des cornes de cerf. Ses yeux démoniaques rajoutant de l’emprise à son air féroce. Cependant, à la différence de son cousin chinois, le dragon japonais ne possède que trois griffes au lieu de cinq.

Publié par Eric Leonard

Juste moi avec tout mes défauts et qualités (si il y en a).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :